L'industrie du futur, véritable fer de lance de l'industrie "Made in France"

La montée en puissance de l’industrie « Made in China »

Depuis toujours, l’industrie chinoise a toujours envoyé la même image aux yeux du monde : une production de masse, avec des produits peu qualitatifs, une main d’œuvre très peu qualifiées mais à des prix très accessibles. Ce n’est pas pour rien que celle-ci a pour surnom « l’usine du monde ». Mais, l’image de l’industrie chinoise est en phase de changer avec son initiative gouvernementale « Made in China 2025 ».

 Désormais, la Chine affiche clairement son intention de développer une nouvelle industrie, innovante, créative, productive, flexible, capables de s’adapter à différents modes de production (en fonction de la demande, grands ou petits volumes). La Chine est en train de repenser entièrement son industrie, dans le but de devenir un sérieux compétiteur industriel. Elle met en œuvre les fondations de cette nouvelle industrie, en commençant par monter en gamme afin de répondre aux différentes demandes, ou encore en accroissant la valeur de ses importations.

 

La France a de nombreuses cartes à jouer dans cette « compétition industrielle »

Au vu de la forte ambition chinoise annoncée, la France se doit de prioriser la question de la compétitivité industrielle à l’internationale ; la réindustrialisation de la France est aujourd’hui une question cruciale.

Aujourd’hui, afin d’atteindre l’objectif de retrouver l’attractivité industrielle d’antan, la France doit jouer sur ses atouts, et passer la vitesse supérieure afin d’entrer dans l’ère de l’industrie 4.0. La quatrième révolution industrielle s’appuie sur l'automatisation, les échanges de données, le cloud, les systèmes cyber physiques, les robots, le Big Data, l'intelligence artificielle, le smart manufacturing et l'internet des objets pour transformer les entreprises industrielles.

Florissante de ses ingénieurs et de ses entrepreneurs reconnus mondialement, la France possède les compétences nécessaires et indispensables pour renouveler son outil industriel, afin de l’adapter aux exigences du marché, comme le prévoit la futur industrie chinoise (créativité, innovation, adaptation, flexibilité etc…) Mais, bien qu’elle ait largement les ressources nécessaires à sa transformation, la France débat et hésite encore quant à sa transition vers l’industrie du futur, notamment avec la robotisation. Il faut s’inspirer de l’Allemagne, qui est le pays précurseur de l’industrie du futur, mêlant technologie et savoir-faire humains. La France ne doit plus hésiter, et franchir le cap, sous peine de prendre trop de retard concernant cette course à la compétitivité industrielle. De plus que, en plus de sa nombreuse présence d’ingénieurs et d’entrepreneurs reconnus, l’atout principal de la France réside en son savoir-faire traditionnel et son artisanat de qualité, reconnu mondialement ; le renouvellement de ses savoir-faire industriels et artisanaux par les nouvelles technologies ne peut être que bénéfique à l’industrie française.

C’est en s’engageant pleinement dans cette phase de révolution industrielle que la France pourra redorer son image d’antan concernant son attractivité industrielle internationale, et rivaliser avec les autres puissances industrielles, en plus de voir émerger des filières d’emplois inédites. La France a, aujourd’hui, toutes les cartes en main pour entrer pleinement dans cette nouvelle ère industrielle, et éventuellement, être présente parmi les leaders.

 

#sedapta #Osys #SmartManufacturingMadeEasy #MOM #MES #Ordonnancement #GMAO #Scheduling #Planification #SupplyChain #Robotisation #Automatisation #Usine4.0 #Industry4.0 #UsineDuFutur #UsineConnecte #Software #Hardware #Futur

 

Source : « L’industrie 4.0 est l’avenir du « made in France ». Les Echos